Nature et récits : Essais d'histoire environnementale

2016

Essais

+

Éditeur : Editions Dehors

ISBN : 978-2-36751-007

Langue : Français

Résumé :

Chacun des essais réunis dans ce recueil témoigne de la façon dont William Cronon, en intellectuel engagé, a profondément renouvelé les manières d'écrire l'histoire. Par l'étude des changements environnementaux entraînés par la colonisation des États-Unis, ces écrits questionnent non seulement la figure du chercheur en historien de l'environnement mais, plus encore, le rôle que peut jouer l'histoire environnementale dans la compréhension des bouleversements écologiques actuels. Comment les identités humaines sont-elles façonnées par leur rapport à la nature?? Quelle place attribuer au «?sens du lieu?», à l'heure de la montée irrépressible de l'échelle globale?? La forme rhétorique du récit permet-elle de rendre compte des inégalités et des rapports de force qui se tissent autour de la nature?? En retraçant les relations, souvent obscures, entre l'histoire humaine et les changements écologiques, l'histoire environnementale ouvre des pistes précieuses pour penser et agir avec le monde qui nous entoure. Nature et récits est le premier livre à introduire William Cronon en France.

Nombre d'exemplaire: 1

Éditeur : Seuil

ISBN : 9782021388497

Langue : Français

Résumé :

Une colère rouge recouvre le ciel. Les vagues s’agitent, l’eau monte, les forêts tombent et les corps s’enfoncent dans ce sanguinaire gouffre marin. Les cieux tonnent encore devant ce spectacle : le monde est en pleine tempête.
Derrière sa prétention d’universalité, la pensée environnementale s’est construite sur l’occultation des fondations coloniales, patriarcales et esclavagistes de la modernité. Face à la tempête, l’environnementalisme propose une arche de Noé qui cache dans son antre les inégalités sociales, les discriminations de genre, les racismes et les situations (post)coloniales, et abandonne à quai les demandes de justice.
Penser l’écologie depuis le monde caribéen confronte cette absence à partir d’une région où impérialismes, esclavagismes et destructions de paysages nouèrent violemment les destins des Européens, Amérindiens et Africains. Le navire négrier rappelle que certains sont enchaînés à la cale et parfois jetés par-dessus bord à la seule idée de la tempête. Tel est l’impensé de la double fracture moderne qui sépare les questions coloniales des destructions environnementales. Or, panser cette fracture demeure la clé d’un « habiter ensemble » qui préserve les écosystèmes tout autant que les dignités. Telle est l’ambition d’une « écologie décoloniale » qui relie les enjeux écologiques à la quête d’un monde au sortir de l’esclavage et de la colonisation.
Face à la tempête, ce livre est une invitation à construire un navire-monde où les rencontres des autres humains et non-humains sur le pont de la justice dessinent l’horizon d’un monde commun.

Malcom Ferdinand est ingénieur en environnement de University College London, docteur en philosophie politique de l’université Paris-Diderot et chercheur au CNRS (IRISSO / Université Paris-Dauphine

Nombre d'exemplaire: 1