Éditeur : CCN de Montpellier

Langue : Français

Résumé :

La place du singe

mathilde monnier & christine angot
création à montpellier danse 05

8 ans après Arrêtez, arrêtons, arrête, Mathilde Monnier retrouve l’écrivain Christine Angot mais cette fois les deux artistes sont elles mêmes sur le plateau. Elles s’expriment dans un duo où chacune va prendre la parole, par la danse, par le texte. L’enjeu, c’est de faire l’expérience de ce qu’on peut avoir à dire ensemble sur scène.

"Qu’est-ce que la bourgeoisie ? Qu’est-ce que le bonheur ? Est-ce que je suis bourgeoise, est-ce que je suis heureuse ? Y a-t-il des critères ? Est-ce que je les connais ? Comment je les connais ? Qui me les a enseignés ? Mathilde Monnier est née dans une famille bourgeoise d’industriels alsaciens de Mulhouse. Dans laquelle elle ne s’est jamais sentie bien. On ne se sent donc pas bien dans la bourgeoisie ? Pourtant c’est notre modèle à tous. Et moi, quelles sont mes racines sociales ? Quelles sont nos racines sociales, et nos aspirations bourgeoises, est-ce que nous y comprenons quelque chose ? Quel est mon rapport à la bourgeoisie, à quel degré j’en viens ? Par rapport à la bourgeoisie, quel est notre mélange de fascination, de fierté et de détestation ? Est-ce que nous comprenons les codes bourgeois ? Se contenir. Le bourgeois c’est celui qui accepte tout pour se fondre dans sa classe. Il n’étouffe pas. Il aménage des bouffées d’oxygène, où il satisfait certains désirs personnels, certaines pulsions. L’art, le théâtre, c’est quoi pour lui ? Une bouffée d’oxygène aussi, ou d’angoisse? Qui lui rappelle qu’il a une vie de rêve, qu’il possède tout sur terre sauf le plateau, la littérature, l’imaginaire ?" christine angot

Nombre d'exemplaire: 1

Éditeur : Centre national de danse contemporaine Angers

Résumé :

Numéro est un duo entre l'artiste visuel Nicolas Floc'h et la chorégraphe Emmanuelle Huynh.

En 2001, Emmanuelle Huynh avait commandé une structure modulable à Nicolas Floc'h pour Bord, tentative pour corps, textes et tables. Dans Numéro, les deux artistes ont voulu confronter très directement leur façon de penser l'espace, la trajectoire et la masse en une dramaturgie plastique dans laquelle la lumière est un protagoniste important. Numéro est pensé comme un tour de prestidigitation dont les ingrédients sont : des objets détournés qui menacent, des souvenirs du Japon, une ombre chinoise, des lumières volantes, un peu de science-fiction. Il y a aussi un insecte étrange, un carton qui prend vie, une femme sur des talons, sexy, avec des lunettes lui donnant des allures d'un personnage manga. Il y aussi un mikado géant.

Nombre d'exemplaire: 1