A vida Enorme - Episode 1

2003

DVD

+

Éditeur : Centre national de danse contemporaine, Angers

Résumé :

A Vida Enorme/épisode 1 est un duo constitué de deux parties distinctes et pensé comme un film dont la bande son et l’image sont séparées et présentées à la suite l’une de l’autre.
« La première partie, la bande sonore, est un dialogue entre un homme et une femme qui s’adressent l’un à l’autre depuis deux poèmes du portugais Herberto Helder. L’espace de « situation » (la rue, la chambre) entre dans cette poésie « samplée » en français et en portugais.

Une deuxième couche sonore, rock, vient régulièrement écraser le pseudo réalisme de la première. Ce geste sonore est un mouvement qui dessine un horizon commun aux deux protagonistes à la façon d’un refrain.

L’homme et la femme viennent ensuite inscrire leur présence sur le plateau en deux parcours autonomes qui se conjuguent parfois. Leur physicalité, tour à tour brute et vacillante, imprime son propre récit.

J’ai eu envie de faire travailler les couches délibérément séparées du son et de l’image, celles superposées de la poésie physique et spirituelle de Helder et l’utopie rock de Bowie et celles juxtaposées du découpage opéré pour la langue puis par les corps.

A Vida Enorme/épisode 1 tente un récit dispersé en utilisant les outils cinématographiques tirés vers la scène du spectacle vivant sans qu’il y ait à proprement parler d’image (projetée) sur le plateau, récit dans lequel la langue et le corps célèbrent la chair du monde et son opacité. »

Emmanuelle Huynh, 2002

Nombre d'exemplaire: 1

Éditeur : CNDC Angers et Monochrome Cirius Kyoto

Résumé :

"Monster Project est composé de deux gestes artistiques : une première partie, Kaibutsu (« monstre » en japonais) est un solo chorégraphié par Kosei Sakamoto ; la deuxième partie intitulée Futago (« jumelle » en japonais) réunit les deux interprètes dans un duo imaginé par Emmanuelle Huynh, sur la même thématique du monstre.

Né d’une mise en dialogue de deux écritures chorégraphiques différentes, Monster Project est un projet de croisements de pensées, de cultures et de langages chorégraphiques. Emmanuelle Huynh rencontre le chorégraphe japonais Kosei Sakamoto, directeur de la compagnie Monochrome Circus et fondateur du Kyoto Creators Meeting, rencontre internationale d’artistes au centre d’art de Kyoto, lors d’une résidence à la Villa Kujoyama en 2001. Monster Project, né de la rencontre de ces deux artistes, s’est construit en 2005-2006 à travers les échanges entre le CNDC et la communauté de danseurs japonais que Kosei Sakamoto fédère pendant le grand stage annuel d’avril : l’International Dance Workshop Festival à Kyoto.

La vision de Sakamoto du monstre se déplie dans un solo traversé par des réminiscences de Francis Bacon et Agota Kristof. Je considère la forme même du solo comme une surexposition qui est elle-même monstrueuse.
Le même, le gémellaire recèle aussi une forme de monstruosité. J’écris donc un unisson où la différence émanera de la « mise au pas ». Le souvenir des jumelles du film The Shining de Stanley Kubrick surgit dans le travail. La Messe pour le temps présent de Pierre Henry s’impose car le rythme des Jerks électroniques, du Rock too fortiche, soutiennent avec humour et force ce que j’imagine être le jeu douillet de deux jeunes femmes qui se suivent, s’imitent, s’amusent et se débattent comme des siamoises endiablées à construire un corps à huit membres."

Nombre d'exemplaire: 1

Éditeur : Centre national de danse contemporaine Angers

Résumé :

Numéro est un duo entre l'artiste visuel Nicolas Floc'h et la chorégraphe Emmanuelle Huynh.

En 2001, Emmanuelle Huynh avait commandé une structure modulable à Nicolas Floc'h pour Bord, tentative pour corps, textes et tables. Dans Numéro, les deux artistes ont voulu confronter très directement leur façon de penser l'espace, la trajectoire et la masse en une dramaturgie plastique dans laquelle la lumière est un protagoniste important. Numéro est pensé comme un tour de prestidigitation dont les ingrédients sont : des objets détournés qui menacent, des souvenirs du Japon, une ombre chinoise, des lumières volantes, un peu de science-fiction. Il y a aussi un insecte étrange, un carton qui prend vie, une femme sur des talons, sexy, avec des lunettes lui donnant des allures d'un personnage manga. Il y aussi un mikado géant.

Nombre d'exemplaire: 1